Reprise d’entreprise : une opération de longue haleine

La reprise d’entreprise, qu’est ce que c’est ? Beaucoup de personnes ignorent les tenants et aboutissants de ce levier financier pour sauver une entreprise. Pour pouvoir le faire, des sommes d’argent élevées sont nécessaires. Voici les grandes lignes de ce procédé.

Les différents critères de base

Cinq sources de financement peuvent être actionnées pour trouver des fonds en vue d’une reprise d’entreprise. Mais pour avoir cet argent, le repreneur doit être des plus convaincants. En quelques sortes, il passera des examens, financiers, personnels et administratifs. Et la note doit être la meilleure. Sinon, il se verra refuser sa demande de fonds. Donc, il faut avoir une certaine méthode pour suivre les démarches nécessaires. Se faire aider par un spécialiste des finances ne sera pas de trop. Puisque ce dernier connait parfaitement les rouages de ce milieu.

La grande question est : qui peut prétendre à une reprise d’entreprise ? Tout le monde peut le faire. Du moins, ceux qui ont les moyens de le faire. Que ce soit une seule personne, ou personne physique dans la définition judiciaire. Une personne avec ses associés, ou une personne morale, peuvent aussi le faire. Une société peut aussi reprendre une société en difficulté. C’est parfois le cas des grandes filiales qui rachètent les parts d’une entreprise. Mais à ce niveau, pour ne pas faire basculer les actions en bourse, les termes comme rachat, fusion… sont évoqués.

Savoir maîtriser ses dépenses

Des précisions sont nécessaires, l’argent à trouver ne servira pas seulement à reprendre l’entreprise. Sachant qu’il faut du temps et des moyens humains pour le réaliser. Par exemple, pour les audits, le repreneur aura besoin d’expert comptable. Ou encore, pour monter les dossiers de demande de fonds, il faudra un juriste en commerce. Toutes ces personnes qualifiées exigent des frais de prestation. Donc, le financement doit comprendre toutes ces dépenses. A part ce qui concerne l’entreprise proprement dite comme les différents arriérés ou les remises aux normes selon www.labc-finance.com.

Les spécialistes conseillent souvent que pour assurer au mieux la reprise d’entreprise, avoir un fonds propre est crucial. Pour convaincre les bailleurs, cela est un atout non négligeable. Ces derniers comprendront vite la volonté et l’engagement du repreneur. Avoir une somme en main à hauteur de 35 % de la valeur de la reprise serait idéal. Cependant avec 20 %, cela donne déjà des ouvertures positives pour les négociations. Ces fonds propres peuvent venir d’épargne, de prêts accordés par des proches, des levées de fonds…

Le crowdfunding

Le phénomène à la mode en ce moment est la levée de fond sur Internet. Le crowdfunding est un moyen de plus en plus utilisés pour avoir de l’argent venu du monde entier. Cela permettra aussi de contourner les barrières des financeurs usuels. Le principe est de devenir membre d’une plate forme de crowdfunding et d’y déposer le dossier. Pour ce faire, il faut connaitre les notions de bases en informatique bureautique et le tour est joué. Il faut également posséder quelques bases de marketing digital pour une utilisation optimale.

Patience et volonté

Celui qui souhaite reprendre une entreprise doit savoir qu’il est en train de faire également faire survivre l’économie. Par contre, il reprend une société en difficulté. Cela ne sera pas donc une mince affaire de la faire relever.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>